Cheminer d’un monde<br /> à l’autre

Cheminer d’un monde
à l’autre

Le Noir en peinture

La fascination des artistes pour le noir est un fil rouge dans l’histoire de l’art. Etait-ce ou non une couleur, devait-il rester l'apanage de la ligne ou pouvait-il devenir forme ?

Le XIXème voit quelques grands maîtres trancher : si Goya s'en empare pour transcrire les visions sombres de sa folie, le noir devient central dans l'oeuvre de Manet quand l'Impressionnisme ne jure que par le pouvoir de teintes vives et lumineuses. Le choc fut total lorsque Matisse, le peintre de la joie colorée, vint et affirma haut et fort que "le noir est une couleur". Le chef de file du Fauvisme trouva en lui la puissance expressive concordant avec la recherche constante de simplicité et de pureté si caractéristique de son œuvre. Enfin, au tournant du XXe siècle le noir devint une couleur aussi résolument moderne que les couleurs primaires. Tantôt support d'une peinture métaphysique incarnée par Malevitch puis Rothko, tantôt agent plastique utilisé par Ad Reinhardt et Soulages  pour ramener le tableau au statut d'objet,  il fut l’un des outils grâce auxquels la peinture put se redéfinir.